Contact Liens

anticlimax


La réalité entière a rêvé de la petite Marie.
Quand il arrive à la réalité d’avoir un mauvais jour naufragé, alors elle rêve de préférence et le plus fermement possible de la petite Marie.
La pauvre réalité se couche alors sur le matelas autotriste de la réalité et rêve qu’elle tabasse l’ouïe de la petite Marie.
Tant la réalité tabasse le pavillon des oreilles écoutantes de la petite Marie qu’à la fin la petite Marie est inévitablement obligée d’être sourde.
Mais alors la réalité est gonflée à bloc par la semence de la bonne humeur et commet un bon voyage au vrai étranger, où elle s’envoie dans la tête un concert particulièrement archibeau.
Et la petite Marie est sourde et chez elle.


W. Schwab

Voici comment débute le texte Anticlimax de Werner Schwab, ici mis en scène par Selma Alaoui. La pièce sonore qui suit en est un préambule, introduisant le dur rapport de la Petite Marie à la réalité. Le poste de radio ainsi que l'aspirateur sont deux éléments du plateau bien réels et concrets d'où part cette affabulation. La petite Marie (Emillie Maquest) parcourt alors l'espace comme habitée, possédée et persécutée par ses démons intérieurs.


Format: Octophonie
Durée: 2min 35s
@ 2007